REGLES OFFICIELLES 2022

 

Le Walking Football se développe partout dans le monde et au fur et à mesure de sa croissance, les règles évoluent, tout en restant bien entendu fidèles à l'éthique et aux valeurs du jeu.

Cette édition mise à jour au 1er mars 2022 des «Règles du jeu» de la WFA, validée en France par l’AFFM, est la référence actualisée sur laquelle devront s’appuyer les clubs, joueurs et arbitres lors des matchs officiels.

Les responsables devront en effet s’assurer du respect de ces règles afin que les matchs soient joués en toute sécurité et en tenant compte de l’âge, du sexe et des capacités des participants.

Il est également attendu que tous les joueurs, managers et membres des clubs de Walking Football respectent toutes les parties-prenantes, y compris et surtout les arbitres. Le non-respect de cette consigne entraînera des mesures disciplinaires, y compris la disqualification par l’AFFM d'individus et/ou clubs des événements, tournois, championnats régionaux, nationaux et internationaux.

 

Sommaire

Section A - Joueurs, terrains et équipement.    Page 1
Section B – Faute de jeu    Page 2
Section C – Sanctions.    Page 5
Section D - Début, arrêt et poursuite du jeu.    Page 7
Section E – Sécurité.    Page 9
Section F – ROBE    Page 9

 

Section A : joueurs, terrains et équipement

Bien que les tournois, ligues et compétitions diverses de Walking Football en France puissent se dérouler dans des conditions spécifiques, tous les matchs joués sous les auspices de l’AFFM s’appuieront en principe sur les normes suivantes.

Joueurs

1.    Les gardiens de but doivent clairement se distinguer des joueurs de champ des 2 équipes
2.    Les remplaçants doivent être clairement distingués des joueurs de l'une ou de l'autre équipe, jusqu'à ce qu'ils rentrent en jeu.
3.    Un match doit être interrompu si l’effectif permanent d’une équipe passe au-dessous du nombre minimum de joueurs. L’effectif permanent tient compte des joueurs exclus temporairement, mais pas des joueurs blessés ni des joueurs ayant reçu un carton rouge. Le nombre minimum de joueurs est défini comme suit :
- match à 5 contre 5 : minimum de 3 joueurs
- match à 6 contre 6 : minimum de 4 joueurs
- match à 7 contre 7 : minimum de 4 joueurs

4.    L’équipe à l’origine de l'interruption d'un match sera déclarée perdante.

Terrain

5.    Les dimensions standard du terrain pour les compétitions (à 5, 6 ou 7 joueurs par équipe) sont :
•    largeur comprise entre 25 mètres (mini) et 37 mètres (maxi)
•    longueur comprise entre 35 mètres (mini) et 55 mètres (maxi)
Si dans certains stades ces dimensions ne peuvent pas être respectées, il appartient à l'arbitre de décider de faire jouer le match ou non.
 
6.    Les dimensions standard des cages pour les compétitions (à 5, 6 ou 7 joueurs par équipe) sont :
•    largeur comprise entre 3 mètres (mini) et 5 mètres (maxi)
•    hauteur comprise entre 1,2 mètre (mini) et 2 mètres (maxi)
Si sur certains terrains ces dimensions ne peuvent pas être respectées, il appartient à l'arbitre de décider de faire jouer le match ou non.
 
7.    La surface de réparation doit être clairement tracée autour des cages de chaque côté du terrain, en demi-cercle ou en rectangle, à une distance de 4 mètres (mini) à 6 mètres (maxi) de la ligne de but.
 
8.    Le point de penalty, clairement marqué, doit être positionné en ligne avec le centre du but et à 6 mètres de la ligne de but.

9.    La balle est considérée comme étant hors du jeu ou en jeu, en fonction de son franchissement complet des limites du terrain. Le ballon est hors du jeu lorsqu’il a entièrement franchi une ligne.
Un ballon situé sur la ligne marquant la surface de réparation est considéré comme dans cette zone et ne peut donc être joué que par le gardien de but.


Section B : Fautes de jeu

Courir ou trottiner

1.    Aucun joueur n'est autorisé à courir ou trottiner avec ou sans le ballon (y compris les gardiens de but), le non-respect de cette règle entraînant généralement un coup franc indirect. Si, du point de vue de l'arbitre, la faute commise a empêché une opportunité claire de marquer un but, le ou les joueurs fautifs peuvent être exclus du jeu (carton rouge) et un penalty sifflé, sous réserve de la Section F : ROBE, penalty et carton rouge, comme décrit dans la sous-section 1.
 
2.    L'arbitre est seul juge pour décider si un joueur a couru ou marché. La marche est généralement déterminée comme une progression au cours de laquelle le joueur a constamment au moins un pied en contact avec le sol : les deux pieds ne sont jamais décollés du sol au même moment, au moins un pied est toujours en contact avec le sol.

Balle au-dessus de la hauteur de la tête

3.    Le ballon n'a pas vocation à passer au-dessus de la hauteur de la tête:

I.    Le ballon doit être considéré comme mort lorsque la balle a dépassé la hauteur de la tête.
II.    La hauteur de la tête est fixée à 1,83 mètre ou à la hauteur de la barre transversale des cages, qui ne doit pas dépasser 2 mètres (voir Section A: sous-section 6).
III.    Le ballon doit dépasser complètement la hauteur de la tête pour que la faute soit sifflée.
IV.    Le dépassement de la hauteur de la tête par le ballon est laissé à la seule appréciation de l'arbitre.
V.    Un joueur commet une faute s'il envoie le ballon au-dessus de la hauteur de la tête.
VI.    Un joueur commet une faute s’il dévie le ballon au-dessus de la hauteur de la tête.
VII.    Un joueur commet une faute s'il envoie le ballon dans une barrière et qu'il dépasse ensuite la hauteur de la tête
VIII.    Si un ballon est tiré en direction du but et dépasse la hauteur de la tête, ce n'est pas considéré comme une faute, mais le jeu est arrêté et le ballon est redonné au gardien de but.
IX.    Si un ballon est dévié par le gardien de but lors d'un arrêt et dépasse la hauteur de la tête avant de retourner en jeu, ce n'est pas considéré comme une faute, mais le jeu est arrêté et le ballon est redonné au gardien de but.
X.    Si un ballon est dévié par le gardien de but et que le ballon dépasse la hauteur de la tête, puis tombe ensuite dans le but, le but est validé.
XI.    Si un ballon est dévié par le gardien de but lors d'un arrêt et dépasse la hauteur de la tête, mais quitte ensuite directement le terrain de jeu, un corner ou une remise en touche doit être accordé, selon l’endroit où le ballon a franchi la ligne.

Contact physique

4.    Le contact physique n'est pas autorisé et est donc considéré comme une faute. Le terme « contact physique » signifie par exemple (liste non exhaustive) :

I.    Tacler un joueur ou le pousser vers une barrière.
II.    Coincer un joueur contre une barrière.
III.    Bloquer (à deux joueurs contre un) un joueur contre une barrière.
IV.    Effectuer une charge d'épaule, un obstruction ou pousser un joueur.
V.    Commettre une obstruction sur un joueur sans ballon ou gêner un adversaire pour obtenir un avantage ou empêcher que ce joueur accède au ballon ou à une position.

Comportement dangereux ou imprudent

5.    Un comportement jugé dangereux ou imprudent, qu'il y ait ou non contact physique, doit être considéré comme une faute «grave».

Infractions dans la surface de réparation

6.    Un joueur de champ entrant dans la surface de réparation (à moins qu'il ne le fasse par pur effet d'impulsion) commet une faute, qu'il joue ou non le ballon.
7.    Un gardien de but quittant la surface de réparation pendant le jeu commet une faute, sauf si cela résulte de l'élan pris lors de l’action, et uniquement à condition qu'il / elle ne soit pas en possession du ballon (et ne joue pas le ballon) en dehors de la surface de but.
8.    La ligne marquant la surface de réparation est considérée comme étant à l'intérieur de cette zone

 

Autres infractions

9.    Un joueur commet une faute s’il touche volontairement le ballon avec la tête.
10.    Un joueur commet une faute s'il effectue un tacle glissé et/ou un blocage glissé.
11.    Un joueur commet une faute en tentant de plaquer et/ou tacler un joueur adverse par derrière, indépendamment du fait qu'il y ait un contact physique ou non.
12.    Tout joueur - autre qu'un gardien de but - commet une faute s'il joue délibérément le ballon avec sa main ou son bras.
13.    Un joueur commet une faute s'il n’effectue pas un coup franc, une pénalité, un coup d'envoi, une remise en touche ou un corner conformément aux règles ou selon les instructions de l'arbitre.
14.    Un joueur commet une faute s'il effectue un coup franc, un penalty, un coup d'envoi, une remise en touche ou un corner alors que le ballon bouge.
15.    Un joueur commet une faute s'il effectue une remise en touche alors que le ballon n'est pas derrière la ligne qui délimite le terrain.
16.    Un joueur commet une faute s'il s'accroche à une barrière pour protéger le ballon ou faire obstacle à un joueur adverse, à moins qu'un tel contact ne soit nécessaire pour empêcher une collision ou pour maintenir l’équilibre.
17.    Tout joueur - autre qu'un gardien de but - commet une faute s'il joue délibérément le ballon pendant qu'il est au sol (c'est-à-dire en ayant une partie du corps autre que les pieds en contact avec le sol).
18.    Un gardien de but commet une faute s'il joue délibérément le ballon autrement qu'en le lançant au-dessous de la hauteur des épaules ou en le jouant du sol.

 

Section C : Sanctions

Coups francs

1.    Tout incident de jeu ou faute est sanctionné par un coup franc accordé à l'équipe adverse du joueur fautif.
2.    Tous les coups francs sont indirects (CFI) et doivent être exécutés à l’endroit de l'infraction, les joueurs adverses étant à au moins 3 mètres du ballon.
3.    Le joueur peut prendre son élan à un mètre maximum du ballon. Il a le droit de faire un nombre illimité de pas en direction du ballon, dans un mouvement continu vers ce dernier. L'arbitre indique la position de départ à un mètre du ballon.
4.    Le ballon ne doit pas être frappé avec une force excessive ou d'une manière susceptible de causer des blessures.
5.    Un but ne sera accordé à la suite d'un coup franc qu'une fois que le ballon aura été joué par un autre joueur. Cela exclu un tir direct au but qui serait dévié dans le but par un autre joueur ou le gardien de but.
6.    Il existe cependant un certain nombre d'exceptions pour les coups francs:
I.    Si un gardien de but envoie délibérément le ballon au-dessus de la hauteur de la tête, un coup franc indirect doit être accordé à l'équipe adverse 3 mètres à l'extérieur de la zone de but, à l’endroit où l'infraction s'est produite.
II.    Si un gardien de but a délibérément joué le ballon autrement qu’en le lançant sous la hauteur des épaules, ou en le jouant au sol, un coup franc indirect doit être attribué à l'équipe adverse à 3 mètres de la surface de but, à l'endroit où l'infraction a eu lieu.
III.    Si un gardien de but quitte la surface de but pendant le jeu, un penalty doit être attribué à l'équipe adverse. Cela ne s'applique pas lorsque le gardien de but quitte la zone uniquement en raison de son élan, à condition qu'il ne soit pas en possession (et ne joue pas) du ballon en dehors de la surface de but.
IV.    Si un joueur de champ entre dans la surface de but en défendant (à moins que ce ne soit purement qu’en raison de son élan), qu'il joue ou non le ballon, un penalty est accordé à l'équipe adverse.
V.    Les coups francs rapides situés dans la zone des 3 mètres du but devront être reculés jusqu'à 3 mètres à l'extérieur de la surface de but, avant que le coup franc rapide ne puisse être exécuté.

 

Pénalty

7.    Un pénalty est un coup franc direct.
8.    Le joueur peut prendre son élan à un mètre maximum du ballon. Il a le droit de faire un nombre illimité de pas en direction du ballon, dans un mouvement continu vers ce dernier. L'arbitre indique la position de départ à un mètre du ballon.
9.    Un joueur qui tire un penalty commet une faute s'il simule initialement une frappe de balle, afin de faire bouger le gardien de but dans une direction spécifique.
10.    Lorsqu'il fait face à un penalty, le gardien de but est autorisé à bouger n'importe quelle partie de son corps et à se déplacer le long de la ligne de but, mais il n'est pas autorisé à avancer devant la ligne de but avant que le coup de pied ne soit tiré, sinon, si le pénalty est arrêté ou manqué, il doit être rejoué.
11.    Tous les joueurs, à l'exception du gardien de but qui tente d’arrêter le penalty, doivent être derrière le ballon avant le coup de pied.

Carton bleu et carton rouge

12.    Si un joueur commet 3 infractions pour avoir couru, pour une autre faute ou les deux, l'arbitre doit sortir le carton bleu et le faire quitter le terrain pour 2 minutes :
I.    Un joueur recevant une telle sanction est exclu pour 2 minutes
II.    Si un joueur revenant d’une première exclusion commet à nouveau 3 autres infractions, il est expulsé définitivement et ne prend plus part au match.
III.    L'arbitre juge et détermine quelles infractions sont passibles de « carton bleu ». Par exemple, envoyer le ballon au-dessus de la hauteur de la tête n’entraine pas nécessairement une telle sanction.
13.    Si un joueur est coupable d'une conduite délibérément dangereuse ou imprudente, c’est considéré comme une faute «grave» et l’arbitre doit, dans de telles circonstances, sortir le carton rouge et faire en sorte que le joueur ne participe plus au match. Le joueur est expulsé et est le cas échéant, exclu de tout le reste de la compétition.
14.    Si un joueur (y compris un remplaçant hors du terrain) profère des menaces ou des insultes, ou se comporte de façon menaçante ou insultante envers tout autre joueur, un arbitre, un officiel ou tout autre participant, l'arbitre doit sortir le carton rouge et faire en sorte qu'il ne participe plus au match. Le joueur est expulsé et est le cas échéant, exclu de tout le reste de la compétition.
15.    Si l'arbitre autorise l'exécution d'un coup franc rapide à la suite d'un carton rouge ou d'un carton bleu (procédure de décompte), qui nécessite l’exclusion du joueur du match voire de la compétition, l'arbitre doit alors immédiatement arrêter le jeu et prendre les mesures disciplinaires appropriées à l'encontre du joueur fautif. Le jeu reprendra par un CFI aux adversaires à partir de l'endroit où le joueur fautif a été impliqué dans le jeu.
16.    Si l'arbitre fait jouer l'avantage pour un carton rouge ou un carton bleu (procédure de totalisation) et que le joueur fautif participe ensuite au jeu, l'arbitre doit  immédiatement arrêter le jeu, prendre les mesures disciplinaires appropriées à l'encontre du joueur fautif et reprendra le jeu avec un CFI pour ses adversaires, à partir de l'endroit où le joueur fautif est intervenu dans le jeu.

La formulation précédente signifiait que si un joueur commettait une infraction d'expulsion mais que les adversaires avaient une bonne occasion de marquer, l'arbitre pouvait jouer l'avantage. Cependant, le joueur n'était pas exclu avant l'arrêt de jeu suivant, ce qui signifiait que le joueur pouvait marquer un but. Cette situation est clairement injuste car le joueur ne devrait pas se trouver sur le terrain de jeu pour faire cela. La loi exige désormais que l'arbitre d'arrêter le jeu et d'exclure le joueur ou de l'exclure pour faute dès qu'il est impliqué dans le jeu actif - la reprise du jeu est un CFI sauf si le joueur commet une infraction entraînant un penalty. Ceci s'applique aux infractions d'expulsion "directe" (RC), à un deuxième carton bleu (2ème CB) ou pour un premier carton bleu (1er CB).


Section D : démarrage, arrêt et poursuite du jeu


Début du match

1.    Un tirage au sort est effectué au début d'un match pour déterminer si une équipe souhaite le coup d'envoi ou souhaite choisir son terrain. L'équipe qui remporte le tirage au sort fait son choix.
2.    Le match ne commence que lorsque l'arbitre siffle.
3.    Un but ne peut pas être marqué directement à partir d'un coup d'envoi, même en cas de déviation dans le but d'un joueur adverse ou du gardien de but. Le but doit être refusé et un coup franc accordé à l'équipe adverse.
4.    Si l'arbitre arrête le jeu par un coup de sifflet, le jeu ne reprendra qu'après un signal clair de l'arbitre. Ce signal peut être un coup de sifflet, un signal vocal ou un signal du bras.
 
Exception : les "coups francs rapides".

5.    Les coups francs rapides peuvent être exécutés sans que l'arbitre ne donne le signal de la reprise du jeu, pour autant que l'arbitre juge l'action sûre. Si le jeu reprend d'une manière dangereuse, l'arbitre peut décider de prendre les mesures qu'il juge appropriées. Il peut s'agir soit de reprendre le coup franc, soit d'annuler la décision et d'accorder le coup franc à l'équipe adverse.

Note pour clarification :

-    Un joueur qui tente intentionnellement d'empêcher l'exécution d'un coup franc rapide recevra un carton bleu.
-    C'est à l'arbitre de décider d'accorder un coup franc.
-    C'est aux joueurs de décider de jouer un coup franc rapide.

6.    Une balle à terre peut être utilisée pour reprendre le jeu lorsqu'il n'est pas possible de déterminer quelle équipe devrait avoir la possession - par exemple, à la suite d'un arrêt soudain du jeu causé par une blessure.
7.    La remise en touche est effectuée (sur les terrains avec des lignes de touche) à l’endroit où le ballon a quitté le terrain de jeu.
8.    Les corners (sur les terrains avec des lignes de but) sont joués du côté du terrain où le ballon est sorti.

 

Poursuite du jeu

9.    Les gardiens de but peuvent donner le ballon lorsqu'ils sont au sol.
10.    Les passes entre un joueur et un gardien de but sont autorisées.
11.    Les gardiens de but peuvent prendre le ballon à la main s’ils l’ont reçu de leur partenaire.
12.    Les buts peuvent être marqués par n'importe quel joueur (à l'exception d'un gardien de but) de n'importe quelle position extérieure. Dans le cas où un gardien de but marque, le but doit être refusé et le ballon redonné au gardien adverse.

 

Remises en touche et corners

13.    Les remises en touche, dégagements depuis les buts et les corners sont indirects, les joueurs adverses étant à au moins 3 mètres du ballon. Un but ne sera autorisé lors d’une remise en touche ou un corner qu’une fois que le ballon aura été joué par un autre joueur : les tirs directs au but depuis une remise en touche ou un corner ne sont pas autorisés et de tels buts seront refusés, même s'ils sont déviés par un autre joueur (gardien de but inclus).
14.    Un joueur qui exécute une remise en touche ou un corner peut prendre son élan à un mètre maximum du ballon. Il a le droit de faire un nombre illimité de pas en direction du ballon, dans un mouvement continu vers ce dernier. L'arbitre indique la position de départ à un mètre du ballon.

15.    Un joueur exécutant une remise en touche ou un corner n'est pas autorisé à prendre plus d'un pas d’élan avant de frapper la balle. Le ballon ne doit pas être frappé avec une force excessive ou de façon susceptible de causer des blessures.

Avantage

16.    Bien que la décision de jouer un avantage puisse dépendre de nombreuses circonstances, les arbitres de l’AFFM sont invités à ne prendre de telles mesures que si :
-    cela profite à l'équipe qui n'a pas commis l'infraction
-    il est plus sûr de le faire et il est peu probable que cela entraîne une confrontation, en particulier après un contact physique. 
Les arbitres doivent clairement indiquer qu'un avantage est accordé et s'assurer qu'ils prennent les mesures correctives appropriées (carton bleue, avertissement / conseil) et qu’il est approprié de le faire.

 

Section E : Sécurité

1.    Les joueurs doivent s'abstenir de porter des bijoux ou des montres. Du ruban adhésif peut être utilisé pour recouvrir les bagues.
2.    Tous les joueurs doivent porter des protège-tibias recouverts de leurs chaussettes.

 

Section F : ROBE

Pénalité et Carton Rouge


1.    Le Refus d'une Occasion de But Evidente (ROBE) est une infraction passible d'un carton rouge. Cette règle vise à empêcher la défense de bloquer illégalement les occasions de but les plus dangereuses de leurs adversaires et prend en compte le fait de toucher le ballon avec la main ou de commettre une faute sur un attaquant qui se dirige vers le but. C'est évidemment une décision très importante pour l'arbitre de déterminer le ROBE car l'équipe jouera alors avec un joueur en moins.
2.    Jeu du ballon à la main : cela ne s'applique évidemment pas à un gardien de but dans sa propre surface de réparation, mais au gardien qui sort de la surface de réparation pour toucher délibérément le ballon avec la main ou un joueur de champ qui touche délibérément le ballon avec la main sur un tir qui allait dans le but.
3.    Veuillez noter qu'il n'y a pas d'infraction lorsqu'un gardien de but effectue un arrêt à l'intérieur de la surface de réparation et que son élan l’entraîne à l'extérieur de la surface alors qu’il tient le ballon.
4.    Si un défenseur (autre que le gardien de but) touche délibérément le ballon avec la main et qu’il entre dans le but, le but est accordé et la faute est enregistrée dans le cadre du processus de totalisation. S'il s'agit de la troisième ou sixième infraction du joueur, l'arbitre prendra les mesures disciplinaires appropriées.
5.  Lorsqu'un attaquant se dirigeant vers le but de l'adversaire est victime d'une faute de la part d'un défenseur, ou que le tir en direction du but est bloqué par un défenseur courant, l'arbitre doit prendre une décision très importante.
6. Ces décisions doivent être basées sur quatre éléments pour une occasion de but évidente avant que la faute ne devienne un carton rouge.


Ces éléments sont décrits comme les quatre D :


•    Les Défenseurs : sans compter le joueur qui commet la faute, il y a au plus un défenseur entre la faute et le but. Cet autre défenseur est généralement le gardien de but. Le gardien qui commet une faute peut également être expulsé pour cette infraction.
•    Distance par rapport au ballon: l'attaquant doit être suffisamment proche du ballon pour pouvoir continuer à jouer au moment de la faute.
•    Distance par rapport au but: l'attaquant doit être suffisamment proche du but pour avoir une chance légitime de marquer. Ainsi, se trouver près de la surface de réparation de l'adversaire est plus susceptible de constituer une occasion de but évidente que le fait pour l'attaquant de se trouver dans sa moitié de terrain.
•    Direction : L'attaquant doit se déplacer vers le but de l'adversaire au moment de la faute, et non vers un autre joueur.

7.  Pour une infraction de ROBE, le jeu doit reprendre par un penalty pour l'équipe offensée.
8.  Pour une infraction de ROBE, le joueur fautif doit recevoir un carton rouge.
Exemple : à titre de référence uniquement, il s'agit d'arrêter une soi-disant "Faute Professionnelle ".
Si un attaquant en possession du ballon et qui est censé avoir l'occasion de marquer un but, est délibérément victime d'une faute ou est empêché de marquer un but par un défenseur ou un gardien de but, ce défenseur ou ce gardien de but sera exclu et une faute professionnelle sera déclarée et un penalty sera accordé.